dimanche 17 août 2014





Quittons cette terre, un beau soir d'été
Qui n'a laissé qu'un voile de prière
Embarquons dans ce long voyage
A la recherche de soi, dans ces voilages
Que l'adage qui n'ai pas un mirage
A laisser la trace de son passage
Que le voile de la tristesse
Ne se lève, par une belle prouesse
Et te laisse enfin apercevoir
Ce flot de délicatesse
Dans l'éternel sagesse
Le regard perdu sur l'ombre de sa beauté, elle a rendu les armes
Un dernier baiser doux nectar de l'âme 
dans un linceul en drame sur le quai d'une gare
Sépulcre de marbre pour un cercueil de larmes
Dernière écrin, quand le soir tombe, je maudis le destin…
Le 13/08/2014 
                                                    Lita

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire