jeudi 23 février 2012

Un petit clin d’œil à l’histoire de mon prénom



Un petit clin d’œil à l’histoire de mon prénom

Je vois beaucoup de monde utiliser le prénom Lolita qui pour beaucoup veut dire la femme enfant et tout ce qui va avec…..

Au jour d’aujourd’hui, ce prénom est rentré dans les mœurs et c’est normal, ce n’était pas le cas, quelques années en arrière du au livre de Nabokov (Lolita)

C’est une grosse erreur que de traduire (si je puis dire) que ce prénom représente la femme enfant etc…

Pour La simple et bonne raison que ce prénom est espagnole
Lolita est dérivé de Lola et de Dolorès (Dolorosa)
Qui signifie la Sainte des douleurs qui est fêté le 15 septembre

Signifie aussi tulipe en Asie centrale

Notre-Dame des Douleurs
Au pied de la Croix de son fils agonisant, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie connut le glaive de douleurs que lui avait annoncé le vieillard Siméon dans le Temple au jour de la Présentation de Jésus.

L'auteur de l'Épître aux Hébreux fait dire au Christ un peu plus loin dans sa méditation : « ...tu m'as façonné un corps... Voici, je suis venu pour faire ta volonté » (Hébreux 10, 5.9).

Ce corps reçu de Dieu c'est lui que contemple au pied de la croix la Mère de Jésus, Marie femme de Cléopas et Marie-Madeleine et l'apôtre Jean. Ce corps déchiré et meurtri marque la perfection de l'accomplissement de la volonté de Dieu. "Bien qu'il soit le Fils, il a pourtant appris l'obéissance par les souffrances de sa Passion; et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.» Le Serviteur souffrant donne sa vie pour la multitude.

Ce corps lacéré, à bout de souffle, défiguré, c'est celui que Marie a formé dans sa chair pendant neuf mois. Elle est là. C'est elle-même qui est sur la Croix. Une mère peut-elle voir son enfant ainsi traité sans en ressentir une douleur extrême, sans devenir une «mère en douleur»? Elle participe à un nouvel enfantement.

C'est en ces moments que s'accomplit le chant des anges à Bethléem: « Un enfant vous est né. Un sauveur vous est donné ». C'est en ces moments que le fils de Marie devient le Sauveur d'une multitude de frères et de soeurs, que l'amour de Dieu vient à la rencontre de l'humanité par le Corps et le Sang versé de celui qui est sur la croix. De ce corps transpercé par la lance du soldat sortiront du sang et de l'eau. De ce corps naîtra un peuple nouveau, une foule immense des quatres coins de la terre.
Toujours vivant, le Christ ne meurt plus

Ce n'est pas tout. Ce corps battu par les lanières des fouets, crucifié, percé par la lance, celui du Sauveur qui a été l'instrument dont celui-ci s'est servi pour accomplir la volonté de Dieu jusqu'au bout ne meurt plus, car le Christ est ressuscité et il est devenu puissant pour nous sauver, « il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.»

Naissance dans la douleur au pied de la Croix, naissance dans la gloire de Pâques où le Christ s'est levé du tombeau. Désormais le Christ est vivant et il ne meurt plus.

C'est ainsi qu'à chaque Eucharistie que nous célébrons en assemblée autour de la Croix associés à Marie et aux témoins qui se tenaient sur le Golgotha, nous tenons en nos mains, nous partageons et nous mangeons le Corps du Christ. Et nous pouvons dire en vérité et en souhaitant que cela s'inscrive de plus en plus profondément dans nos vies : « Ô Christ, tu m'as donné et façonné par cette Eucharistie ton Corps meurtri et ressuscité... Voici que je viens, comme toi, faire la volonté du Père qui n'a d'autre volonté que celle que toute l'humanité soit sauvée.»
Dans cette Eucharistie où nous nous tenons comme la Mère de Douleurs au pied de la croix, demandons au Seigneur de le faire comme Marie dans l'abandon total à la volonté de Dieu.
Amen!
Stabat mater dolorosa 
Debout, la mère des douleurs 
Près de la croix était en pleurs 
Quand son Fils pendait au bois. 

Alors, son âme gémissante 
Toute triste et toute dolente 
Un glaive la transperça. 

Qu'elle était triste, anéantie, 
La femme entre toutes bénie, 
La Mère du Fils de Dieu! 

Dans le chagrin qui la poignait, 
Cette tendre Mère pleurait 
Son Fils mourant sous ses yeux. 

Quel homme sans verser de pleurs 
Verrait la Mère du Seigneur 
Endurer si grand supplice? 

Qui pourrait dans l'indifférence 
Contempler en cette souffrance 
La Mère auprès de son Fils? 

Pour toutes les fautes humaines, 
Elle vit Jésus dans la peine 
Et sous les fouets meurtri. 

Elle vit l'Enfant bien-aimé 
Mourir tout seul, abandonné, 
Et soudain rendre l'esprit. 

O Mère, source de tendresse, 
Fais-moi sentir grande tristesse 
Pour que je pleure avec toi. 

Fais que mon âme soit de feu 
Dans l'amour du Seigneur mon Dieu: 
Que je lui plaise avec toi. 

Mère sainte, daigne imprimer 
Les plaies de Jésus crucifié 
En mon cœur très fortement. 

Pour moi, ton Fils voulut mourir, 
Aussi donne-moi de souffrir 
Une part de ses tourments. 

Pleurer en toute vérité 
Comme toi près du crucifié 
Au long de mon existence. 

Je désire auprès de la croix 
Me tenir, debout avec toi, 
Dans ta plainte et ta souffrance. 

Vierge des vierges, toute pure, 
Ne sois pas envers moi trop dure, 
Fais que je pleure avec toi. 

Du Christ fais-moi porter la mort, 
Revivre le douloureux sort 
Et les plaies, au fond de moi. 

Fais que ses propres plaies me blessent, 
Que la croix me donne l'ivresse 
Du sang versé par ton Fils. 

Je crains les flammes éternelles; 
O Vierge, assure ma tutelle 
A l'heure de la justice. 

O Christ, à l'heure de partir, 
Puisse ta Mère me conduire 
A la palme de la victoire. 

A l'heure où mon corps va mourir, 
A mon âme fais obtenir 
La gloire du paradis.


La fête officielle a lieu au Brésil, tous les ans le 15 septembre, depuis 1727. Depuis le Moyen Âge (quatorzième siécle) on représente Notre Dame des douleurs assise avec son Fils mort dans ses bras. Son coeur est traversé par un ou sept pics.

On peut en contempler la statue dans de nombreuses villes pendant les processions lors de la Semaine Sainte. Les sept douleurs de Maria représentent les souffrances de
Jesus. Á Juazeiro do Norte (une ville de la région du Ceara), la fête est célébré avec un grand pèlerinage. Nossa Senhora das Dores est aussi célébrée dans l´état du Pernambuco, à Triunfo et à Caruaru, où elle est la patronne de la ville. Dans l´état du Minas Gerais, à Bias Fortes,sa fête égaye aussi la région.

Saint Jean Evangeliste, a révélé que Notre seigneur avait promis que ceux qui désirent partager ses douleurs et montrent: un repentir parfait de leurs péchés avant la mort, bénéficieront d´une protection spéciale et d´une assistance particulière de la Reine des
cieux lors de ses derniers instants.

J’espère que cela vous a plus  :)


Merci de ne pas copier mes posts sans mon accord
Copyright © 2009 Lita. Tous droits réservés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire